Proche-Orient: heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

JéRUSALEM - De violents heurts ont opposé des policiers musulmans à des policiers israéliens vendredi sur l'Esplanade des Mosquées, à Jérusalem. Le Hamas a de son côté réaffirmé qu'il ne reconnaîtrait jamais Israël.Au moins 35 personnes - vingt Palestiniens et quinze policiers - ont été légèrement blessées lors des incidents qui ont éclaté lorsque la police a dispersé des fidèles palestiniens protestant contre des travaux menés par l'Etat hébreu près du lieu saint musulman. Des centaines de policiers portant des casques et munis de boucliers de protection ont fait irruption sur l'esplanade immédiatement après la grande prière du vendredi. Ils ont tiré des grenades assourdissantes et lacrymogènes pour disperser les manifestants qui ont lancé des pierres.Des responsables musulmans avaient appelé à manifester contre des fouilles effectuées en contrebas de l'Esplanade des Mosquées, où se trouve la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l'islam. Les pays arabes craignent que ces travaux endommagent les fondations de la mosquée. Israël assure que l'édifice ne souffrira pas de fouilles visant à construire une passerelle menant au site.Dix-sept musulmans accusés d'avoir pris part aux troubles ont été arrêtés, selon le porte-parole de la police israélienne. "C'est une agression flagrante contre Al-Aqsa et les fidèles", a dénoncé le mufti de Jérusalem, cheikh Mohammad Hussein, stigmatisant les travaux et "la politique de judaïsation de Jérusalem".Des heurts se sont également produits aux entrées de la vieille ville entre les forces de l'ordre et des Palestiniens qui avaient été empêchés de se rendre sur l'esplanade.Sur le plan politique, le Hamas a réaffirmé qu'il ne reconnaîtrait jamais l'Etat hébreu, bien que l'accord signé jeudi à La Mecque avec le Fatah l'engage à respecter les accords conclus par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).L'Union européenne, la Chine, la Russie ou encore la Suisse ont de leur côté salué avec un optimisme mesuré l'accord de La Mecque. Les Vingt-Sept regarderont de près dans quelle mesure le nouveau cabinet sera "en ligne avec les principes posés par la communauté internationale" pour reprendre l'aide financière au gouvernement palestinien, gelée depuis l'arrivée du Hamas au pouvoir en mars. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.