Proche-Orient: Ehud Olmert ordonne d'élargir l'attaque au Liban

BEYROUTH/JéRUSALEM - Le premier ministre israélien Ehud Olmert a ordonné l'extension de l'offensive militaire terrestre au Liban, en invoquant l'absence de progrès dans les discussions à l'ONU sur une trêve. Pourtant, une résolution doit être votée en fin de soirée.Sur le terrain, au 31e jour de l'offensive de Tsahal au Liban, chasseurs bombardiers, canons d'artillerie et patrouilleurs de la marine ont pilonné le nord, l'est et le sud du pays, de même que la banlieue sud de Beyrouth, un fief du Hezbollah libanais chiite. Treize civils ont été tués, selon la police. Un soldat israélien a été tué, selon la télévision du Qatar Al-Jazira."Nous constatons que les discussions sur un accord aux Nations unies relatif à un cessez-le-feu ne progressent pas comme il faut, par conséquent nous avons autorisé l'action militaire", a indiqué une source politique israélienne. Le déclanchement des opérations n'exclut toutefois pas les actions diplomatiques, a ajouté cette source.A New York cependant, le projet de résolution franco-américain sur le Liban devait être présenté au Conseil de sécurité vendredi à 15h00" (21h00 suisses), a annoncé un diplomate français à l'ONU. Le vote devait intervenir vers 18h00 locales (minuit en Suisse).Le texte doit appeler à une cessation immédiate des hostilités au Liban et définir les conditions d'un règlement durable, basé notamment sur un retrait graduel des troupes israéliennes du Liban sud et leur remplacement graduel par l'armée libanaise épaulée par la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), dont le mandat et les effectifs devraient être renforcés.Le Hezbollah a affirmé avoir "frappé et coulé" une vedette rapide de l'armée israélienne au large des côtes sud du Liban, ce qu'une porte-parole de Tsahal a démenti.De nouveaux tracts ont été largués par les Israéliens sur Beyrouth et Saïda, affirmant que le Hezbollah cachait ses pertes et donnant une "première liste" de 93 noms de combattants tués, alors que la milice chiite a reconnu la mort de 58 "martyrs".Après 24 heures d'attente, un convoi de centaines de véhicules de civils et de militaires libanais a pu quitter, escorté par des Casques bleus, la caserne de Marjayoun, dans le Liban sud.Le Hezbollah a encore tiré vendredi matin des roquettes qui sont tombées sur Haïfa et le nord d'Israël. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.