Nucléaire iranien: pas d'accord des cinq Grands et de l'Allemagne

NEW YORK - Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne ne pas parvenus lundi soir à élaborer une stratégie commune dans le dossier du nucléaire iranien. La Chine et la Russie s'opposent toujours à une résolution contraignante pour Téhéran.Plus de trois heures de discussions à New York, entrecoupées d'un dîner offert par la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, n'ont pas permis aux ministres des Affaires étrangères américain, russe, britannique, français, chinois et allemands d'aplanir les divergences. Les chances d'un accord cette semaine ne sont pas bonnes", a déclaré un diplomate américain."Tout le monde est d'accord sur la nécessité de résoudre le problème nucléaire iranien par des moyens politiques et diplomatiques", a toutefois souligné le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov."Nous sommes d'accord sur le fait que l'Iran ne peut posséder des armes nucléaires" et les ministres ont exprimé "leurs inquiétudes sur l'absence de réponses de l'Iran sur ses activités nucléaires" et l'arrêt de son programme d'enrichissement de l'uranium, a-t-il ajouté.Un projet de résolution contraignante à l'égard de Téhéran circule entre les membres du Conseil de sécurité mais la Chine et la Russie émettent depuis plusieurs jours des réserves importantes sur la référence au chapitre VII. Celui-ci avait permis aux Etats-Unis d'envahir l'Irak en 2003. Pékin et Moscou entretiennent des liens commerciaux étroits avec Téhéran.Les Occidentaux soupçonnent Téhéran de vouloir acquérir l'arme nucléaire avec son programme d'enrichissement de l'uranium, ce que l'Iran dément, affirmant ne vouloir se doter que d'énergie nucléaire civile.Selon le département d'Etat, Condoleezza Rice "a évoqué brièvement" la lettre envoyée lundi par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad à son homologue américain George W. Bush, dans laquelle Téhéran propose "de nouveaux moyens" pour faire baisser les tensions dans le monde.Cette missive, transmise par l'intermédiaire de l'ambassade de Suisse à Téhéran et qui rompt avec 26 ans d'absence de contacts directs entre Téhéran et Washington, ne contient rien de nouveau, a jugé Washington. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.