Naufrage d'un ferry en mer Rouge: 800 personnes portées disparues

LE CAIRE - Les espoirs de retrouver vivantes les quelque 800 personnes portées disparues après le naufrage d'un ferry égyptien en mer Rouge s'amenuisent. Les secouristes ont repêché 195 corps dans la mer Rouge et récupéré 400 rescapés.Le "Salam 98", un navire vieux de 35 ans construit en Italie et immatriculé au Panama, a chaviré dans la nuit de jeudi à vendredi au large des côtes égyptiennes. Il reliait le port saoudien de Douba à celui de Safaga avec 1415 personnes - 1318 passagers et 97 membres d'équipage.Selon le directeur de l'agence égyptienne chargée des ports de la mer Rouge, le général Mahfouz Taha, 378 rescapés ont gagné la terre ferme côté égyptien. Les autorités saoudiennes ont annoncé avoir accueilli 22 survivants.Parmi les passagers figuraient 1200 Egyptiens de condition modeste travaillant dans les pays du Golfe ou revenant du pèlerinage de La Mecque, mais il y avait aussi une centaine de Saoudiens.D'après le témoignage de rescapés, un incendie s'est déclaré sur le pont inférieur peu après le départ de Douba. Le ferry a commencé à prendre de la gîte mais l'équipage a décidé de poursuivre la route plutôt que de rebrousser chemin, ont raconté ces survivants aux journalistes qui les interrogeaient à Safaga.L'un de ces rescapés, l'Egyptien Chahata Ali, a affirmé que des passagers avaient pourtant signalé l'incendie au capitaine, qui leur a répondu de ne pas s'inquiéter."Nous avions enfilé des gilets de sauvetage mais on nous a assuré qu'il n'y avait rien de grave et qu'il fallait enlever nos gilets. Ils nous les ont pris, puis le navire a commencé à couler et le capitaine s'est installé dans un canot de sauvetage et a filé".Le président égyptien Hosni Moubarak, qui a ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête sur les circonstances du drame, s'est rendu samedi au chevet de blessés hospitalisés à Hourghada, station touristique de la mer Rouge.Le "raïs" a demandé au gouvernement de verser une indemnité de 30'000 livres égyptiennes (6800 francs) aux familles des victimes et de 15'000 livres (3400 francs) à chaque rescapé, a annoncé l'agence de presse officielle MENA.A Safaga, la police antiémeute a fait usage de grenades lacrymogènes pour calmer une foule en colère de parents de passagers, dont certains jetaient des pierres sur les forces de l'ordre qui leur barraient le passage aux grilles du port. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.