Mort de Slobodan Milosevic: ses proches accusent le TPI

LA HAYE - Des médecins néerlandais et serbe doivent commencer à La Haye l'autopsie de Slobodan Milosevic, retrouvé mort samedi dans la prison du Tribunal pénal international (TPI). Les proches de l'ex-président brandissent des accusations d'empoisonnement.Par ailleurs, à 12h00, la procureure du TPI Carla Del Ponte devait tenir une conférence de presse dans le tribunal où l'ancien président yougoslave comparaissait depuis plus de quatre ans pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide pour les conflits qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie dans les années 1990.Le TPI n'a pas fourni de détails sur la cause du décès samedi, indiquant qu'une autopsie de Milosevic, agé de 64 ans, et une enquête toxicologique avait été ordonnées. Mais il a indiqué qu'il n'y avait "pas de signe qu'il ait commis un suicide".Un porte-parole du TPI a défendu le Tribunal contre les accusations d'empoisonnement brandies par des proches de l'ancien dirigeant, assurant que "le TPI n'a rien à se reprocher" concernant ce décès. "Le TPI prend le plus grand soin de ses accusés, et de celui-ci en particulier", a affirmé ce porte-parole, Christian Chartier.Sa famille et ses alliés politiques ont rendu le TPI responsable de la mort de l'ex-président, qui souffrait de longue date de problèmes cardio-vasculaires ayant provoqué de nombreuses suspensions d'audience.En outre, les juges avaient rejeté en février sa demande d'aller se faire soigner dans un centre cardiologique de Moscou, estimant qu'il risquait de ne pas revenir et assurant qu'il était bien soigné à La Haye, notamment par un médecin russe. Moscou a dit samedi regretter cette décision. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.