Micheline Calmy-Rey irritée par les pressions de l'UE

BERNE - Micheline Calmy-Rey n'a aucune compréhension pour les exigences de l'UE concernant les privilèges fiscaux accordés par certains cantons à de grandes entreprises. Les récentes déclarations d'un fonctionnaire européen à ce sujet l'ont irritée.Le thème des privilèges fiscaux cantonaux est discuté dans les cercles européens depuis longtemps. Mais pour la Suisse, le cas est clair: il n'y a pas de lien entre les régimes d'imposition des cantons et l'accord de libre-échange de 1972, comme l'affirme l'UE. "C'est pourquoi, il n'existe du point de vue de la Suisse absolument aucune base de discussion", a déclaré la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).Après le 'oui' du peuple suisse au milliard de cohésion en faveur des pays de l'Est, on aurait pu s'attendre à d'autres propos, a indiqué la conseillère fédérale dans une interview à la "SonntagsZeitung".Pour la Commission européenne, les privilèges accordés par certains cantons à des holdings qui ne sont pas actives en Suisse sont incompatibles avec l'accord de libre-échange bilatéral. En revanche, Berne ne voit pas de lien entre cet accord commercial et les pratiques fiscales. Mme Calmy-Rey l'a rappelé jeudi dernier lors de sa visite de travail à Bruxelles. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.