Liban: Kofi Annan appelle à la levée du blocus et à des libérations

BEYROUTH - Kofi Annan a réclamé à Beyrouth la levée du blocus d'Israël au Liban, la libération des deux soldats israéliens enlevés par le Hezbollah et celle des Libanais détenus dans l'Etat hébreu. L'Italie et la Turquie ont elles approuvé l'envoi de troupes.Le Secrétaire général de l'ONU, qui entamait dans la capitale libanaise sa tournée proche-orientale, a suggéré que la libération des soldats israéliens capturés le 12 juillet par le Hezbollah chiite libanais se fasse par l'entremise du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou du gouvernement libanais.Lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre libanais Fouad Siniora, il s'est dit "sûr qu'une solution sera trouvée" pour la libération de ces deux soldats, dont la capture avait déclenché l'offensive israélienne au Liban.M. Annan a également demandé la libération des Libanais détenus en Israël, ajoutant que l'ONU était disposée à jouer un rôle dans l'échange des prisonniers. Le Premier ministre Siniora a lui proposé que cet échange se fasse par l'intermédiaire du CICR.Kofi Annan a aussi rencontré à Beyrouth le ministre libanais de l'Energie, Mohammad Fneich, qui est également un responsable du Hezbollah."Nous travaillons pour une levée du blocus, j'en discuterai (...) avec les autorités israéliennes, j'espère que nous aurons des résultats sur cette question dans un avenir proche", a dit Kofi Annan, qui doit se rendre mardi à Tel Aviv.Conformément à la résolution 1701, il a souligné la nécessité du "démantèlement et du désarmement de toutes les milices" au Liban, dans une allusion aux armes du Hezbollah.Interrogé plus spécifiquement sur le contrôle des frontières avec la Syrie pour empêcher le passage d'armes destinées au Hezbollah, M. Annan a affirmé que "le gouvernement libanais était en train d'établir un programme pour contrôler cette frontière"."J'examinerai cette question avec les autorités syriennes. Si tout le monde fait comme il faut, nous n'aurons aucun mal à sécuriser cette frontière", a estimé M. Annan, qui doit se rendre jeudi à Damas.Le gouvernement italien a adopté un décret autorisant l'envoi dès mardi de troupes au Liban pour renforcer la FINUL. Le contingent devrait compter jusqu'à 2450 soldats. Le gouvernement turc a également décidé de participer au renforcement des effectifs de la FINUL. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.