L'exode des étrangers du Liban s'accélère - 250 Suisses partis

BEYROUTH/BERNE - Quelque 250 ressortissants suisses ont pu quitter le Liban, la plupart sur des bateaux affrétés par d'autres pays. Mais pour les étrangers qui n'ont pas pu encore monter sur un bateau, l'exaspération commençait à se manifester.Quelque 170 Suisses ont pu monter à bord d'un bateau militaire grec, l'"Ikaria", d'une capacité de 1000 places, qui a quitté Beyrouth en début de soirée, a annoncé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).Quarante et une personnes ont pu monter sur un bâtiment militaire français, le "Jean de Vienne", qui a appareillé vers 15h00. Trente autres personnes ont embarqué sur le ferry grec "Iera Petra" affrété par la France, qui a quitté en soirée le port de la capitale libanaise.Ces navires font route vers le port chypriote de Larnaca. Ils devraient arriver dans la nuit ou jeudi à l'aube sur l'île.Treize autres personnes ont pris place dans un convoi routier placé sous la responsabilité de l'Autriche, qui est arrivé à Damas à 17h00 (heure locale). Jusqu'ici, quelque 400 ressortissants suisses ont pu quitter le pays, a précisé le DFAE.Berne s'efforce aussi d'évacuer la cinquantaine de Suisses se trouvant au Liban-Sud, la région la plus exposée aux bombardements israéliens.Interrogée soir au "19:30" de la TSR, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a dit espérer que les Suisses voulant quitter le Liban pourront le faire "ces prochains jours".Une dizaine de milliers d'étrangers ont déjà fui le pays depuis le week-end. Mais des centaines d'Occidentaux coincés au Liban depuis le début de l'offensive israélienne s'impatientaient devant la lenteur des évacuations."C'est dégoûtant !", criait une femme, empêchée par des gardes libanais de pénétrer dans le centre d'exposition de Beyrouth, près du port, où les employés des consulats du Canada, d'Australie et d'Allemagne enregistrent leurs concitoyens.Un bateau de croisière transportant 1059 Américains a néanmoins appareillé de Beyrouth dans l'après-midi pour Chypre. Il s'agissait de la première évacuation de masse par mer de ressortissants américains depuis le début de l'offensive israélienne.D'autres étrangers continuaient à quitter la zone de guerre en car en direction des aéroports syriens, malgré des routes très endommagées par les tirs. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.