Les violences contre les femmes dénoncées dans le monde

BERNE - Le combat contre les violences et discriminations a dominé dans le monde les manifestations de la journée internationale de la femme. En Europe, la chancelière allemande Angela Merkel a exhorté le deuxième sexe à ne pas relâcher ses efforts.Viols et enlèvements ont été dénoncés au Moyen-Orient. Au Pakistan, Mukhtar Mai, victime d'un viol collectif par vengeance et symbole de la lutte des femmes, a conduit une manifestation de 3000 personnes, dont 500 hommes, dans la ville très conservatrice de Multan."C'est une journée capitale car elle réunit pour la première fois des hommes et des femmes dans une région fortement marquée par la discrimination et la cruauté envers les femmes", a commenté Mukhtar Mai, 33 ans, violée en 2002 sur les ordres d'un conseil tribal pour venger une supposée relation de son frère.En Afghanistan, le président Hamid Karzai a ordonné la libération d'un quart des 110 prisonnières détenues. Il s'est prononcé contre les mariages forcés, un abus toujours très répandu dans le pays. Les femmes risquent la prison si elles tentent d'y échapper ou en cas d'adultère.Malgré la chute des talibans fin 2001, elles sont toujours victimes de nombreuses autres violences, du viol au meurtre, selon la commission indépendante afghane des droits de l'homme.En Inde, des mouvements de défense estiment que des milliers de cas de viols ne sont pas dénoncés en raison de la crainte de discrimination sociale. Selon les chiffres officiels, il y a eu plus de 16'000 viols en 2002.En Irak, où les violences aveugles sont quotidiennes, on a appris qu'au moins 2000 femmes avaient été enlevées en trois ans depuis la chute de Saddam Hussein. Certaines ont été vendues, en Irak ou à l'extérieur, a affirmé Mme Yanar Mohammad, de l'association "Liberté pour la femme".En Indonésie, la journée internationale a coïncidé avec la publication d'un rapport faisant état d'une hausse inquiétante de 45% en 2005 des violences contre les femmes.En Europe, où le sort des femmes paraît un peu plus enviable, la chancelière allemande a invité ses consoeurs "à ne pas relâcher leurs efforts". En France, la dirigeante socialiste Ségolène Royal a jugé "possible" l'élection pour la première fois d'une femme à la présidence l'an prochain. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.