Les démocrates raflent la Chambre, bataille au Sénat

WASHINGTON - Les démocrates ont pris pour la première fois depuis douze ans le contrôle de la Chambre des représentants lors des élections mardi au Congrès américain. La bataille est beaucoup plus serrée au Sénat.A la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains depuis 1994, les démocrates ont raflé au moins 15 sièges au parti du président George W. Bush, ont annoncé les médias. Selon la chaîne MSNBC, les démocrates auraient au moins 221 sièges sur 435, soit un gain de 18 sièges.Les démocrates ont notamment remporté trois sièges clé dans l'Indiana (nord), bastion républicain.L'une des victoires démocrates a été signée par Keith Ellison (Minnesota), qui est devenu mardi le premier Américain musulman élu aux Congrès des Etats-Unis. Cet avocat noir de 43 ans a dû se défendre lors de la campagne des critiques de son adversaire républicain, qui l'a notamment accusé d'antisémitisme.Au Sénat, dominé par le parti de George W. Bush, les démocrates ont remporté trois fauteuils occupés jusqu'ici par des républicains. Il leur en faut au moins six pour faire basculer également cette chambre.Le sénateur démocrate d'origine cubaine Bob Menendez, menacé par des accusations de corruption, a réussi à conserver son siège dans le New Jersey (est). Les démocrates ont défendu un autre siège qui semblait menacé dans le Maryland, selon les médias américains.Dans le camp démocrate, l'ex-Première dame américaine Hillary Rodham Clinton a été réélue sans surprise à son siège de sénatrice de l'Etat de New York. Cette victoire pourrait la mener à une candidature à la présidentielle de 2008.Les démocrates avaient tout fait pour transformer ces élections en un référendum sur la guerre en Irak, où plus de 2800 militaires américains ont trouvé la mort.Quelque 200 millions d'Américains étaient appelés à élire ou réélire les 435 membres de la Chambre des représentants et 33 des 100 sénateurs.Ils devaient aussi élire 36 des 50 gouverneurs. Parmi eux, Arnold Schwarzenegger semblait s'acheminer vers une réélection facile à la tête de la Californie, une exception dans le camp républicain qui a perdu au moins quatre postes de gouverneur au profit des démocrates, selon les médias américains.Diverses pannes et problèmes ont entaché les opérations de vote, faisant resurgir les craintes des difficultés des présidentielles de 2000 et 2004. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.