Le Hamas renvoie la balle dans le camp des Israéliens

MOSCOU/JéRUSALEM/RAMALLAH - Le mouvement islamiste palestinien Hamas a terminé une visite sans précédent à Moscou sans faire de concessions. Il a renvoyé la balle dans le camp des Israéliens pour toute relance du processus de paix.Le Hamas, qui effectuait sa première grande sortie internationale depuis sa victoire aux législatives de janvier, a ainsi opposé une fin de non recevoir aux exigences du Quartette (Etats-Unis, Russie, UE, Onu), réaffirmées par Moscou lors de la visite.Le Quartette, à l'origine du dernier plan de paix pour le Proche-Orient, demande au mouvement - que les Etats-Unis et l'UE classent toujours comme organisation terroriste - de renoncer à la violence et de reconnaître Israël s'il veut conserver l'aide internationale.Mais le leader du Hamas Mohamed Mechaal a réitéré qu'Israël devait d'abord se retirer de "tous les territoires occupés depuis 1967", "permettre le retour des réfugiés et "libérer tous les prisonniers".Le Hamas a reçu un soutien appuyé des 22 pays de la Ligue arabe qui ont dénoncé samedi au Caire les "conditions injustes" posées par le Quartette. Ils ont défendu l'initiative de paix arabe de 2002 qui appelle à un retrait israélien des territoires contre une normalisation des relations avec l'Etat hébreu.Mais un retrait complet n'est pas à l'ordre du jour. Le Premier ministre israélien par intérim, Ehud Olmert, n'envisage ainsi qu'un retrait unilatéral de certaines colonies de Cisjordanie s'il remporte les élections du 28 mars, ont déclaré des responsables israéliens.Ce plan quadriennal, qu'Ehud Olmert compte présenter aux USA, prévoit en outre que les colons évacués seraient relogés dans des blocs de colonies plus importants. En outre, Israël conserverait une présence militaire en Cisjordanie, contrairement à son retrait complet de la bande de Gaza achevé en septembre.Les Palestiniens ont par avance rejeté ce retrait partiel de Cisjordanie, qui, à leurs yeux, consacrerait une annexion de territoires qu'ils revendiquent comme partie intégrante de leur futur Etat.De retour chez eux, les responsables du Hamas devront probablement mettre en place tout seuls le nouveau gouvernement palestinien. Les députés membres du Fatah du président Mahmoud Abbas se sont en effet prononcés samedi contre une participation à une coalition dirigée par le Hamas. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.