Le gouvernement iranien obligé de revoir sa coopération avec l'AIEA

TéHéRAN - Le parlement iranien a adopté un projet de loi obligeant le gouvernement à réviser son degré de coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Il réplique ainsi aux sanctions décidées par l'ONU contre la République islamique.Le projet oblige aussi le gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad à "accélérer les activités nucléaires de l'Iran". Cela au mépris des appels lancés par le Conseil à Téhéran pour l'arrêt de ses activités d'enrichissement.Le texte ne fait pas obligation au gouvernement de mettre fin aux inspections de sites nucléaires par l'AIEA comme le réclamaient certains hommes politiques. Le président du parlement, Gholamali Haddadadel, a souligné qu'il habilitait le gouvernement à décider du niveau de coopération entre l'Iran et l'AIEA.Le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé samedi à l'unanimité une résolution qui impose à l'Iran des sanctions affectant le commerce de matériaux et technologies nucléaires sensibles. Ceci pour l'amener à cesser d'enrichir de l'uranium, activité pouvant aboutir à la fabrication de bombes."Cette loi est une mise en garde au gouvernement pour qu'il ne remette pas entièrement le sort de l'Iran entre les mains de l'AIEA et réagisse de façon proportionnée aux mesures imposées (sanctions)", a-t-il dit.Le président Ahmadinejad avait déclaré dimanche que les pays qui avaient voté la résolution 1737 de l'ONU, élaborée par la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, regretteraient sous peu leur "initiative légère".M. Haddadadel a noté que le nouveau texte iranien permettait au gouvernement de choisir de résoudre ou non le différend sur son programme nucléaire par des moyens politiques et dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). "La réaction du gouvernement aux pressions internationales pourrait aussi consister à se retirer du TNP", a dit M. Haddadadel.Selon des analystes, le parlement à majorité conservatrice a tenu à montrer au monde extérieur que les "faucons" iraniens pouvaient contraindre leur gouvernement à adopter une ligne plus dure. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.