La sonde Stardust revient sur Terre avec ses poussières cosmiques

WASHINGTON - Après une odyssée de 7 ans et près de 5 milliards de km, Stardust a atterri avec succès en Utah. La sonde spatiale américaine a récolté des poussières cosmiques dans lesquelles les chercheurs espèrent percer le secret des origines du système solaire.La capsule de 46 kg - dont la moisson céleste peut tenir dans une cuillère à café - s'est posée dimanche à 10h12 GMT sur une base militaire de l'ouest des Etats-Unis, selon des images radar retransmises par la Nasa. Des hélicoptères devaient procéder dimanche à la récupération de la capsule qui sera transportée au Centre Spatial Johnson à Houston.Lancée en 1999, la sonde a rencontré la comète Wild 2, près de Jupiter, le 2 janvier 2004, après une double révolution autour du Soleil. S'approchant à 240 km, Stardust a utilisé un collecteur en forme de raquette doté d'une centaine de petits casiers afin de capturer les particules cométaires voyageant à très grande vitesse sans les endommager.Stardust a également pris 72 photos de Wild 2, montrant de grands rochers en surface, des cratères et une vingtaine de "geysers" crachant des gaz et de la poussière.Dimanche, le retour sur la Terre s'est déroulé comme prévu: Stardust a largué la capsule à environ 110'000 kilomètres de la Terre, avant d'allumer ses moteurs pour aller se placer pour toujours en orbite autour du Soleil.La capsule a atteint la première couche de l'atmosphère terrestre, au-dessus du Pacifique, plongeant à 46'435 km/heure, une vitesse record de rentrée atmosphérique pour un objet de fabrication humaine. Deux parachutes se sont déployés pour freiner la chute, à 32 km d'altitude puis à 10'000 mètres, permettant à la petite capsule de se poser en douceur.Il s'agit de la première mission robotique pour recueillir au-delà de la Lune des particules datant d'avant la naissance du système solaire, voilà 4,5 milliards d'années, et depuis l'aventure Apollo 17 qui avait permis aux astronautes de ramener des pierres de Lune, en 1972."Les informations tant chimiques que physiques détenues dans les particules des comètes pourraient révéler l'histoire de la formation des planètes ainsi que des matériaux les composant", selon Don Brownlee, responsable scientifique de ce projet. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.