Italie: un glissement de terrain fait au moins 4 morts à Ischia

ROME - Un glissement de terrain dans l'île volcanique d'Ischia, au nord du golfe de Naples en Italie, a fait dimanche quatre morts et neuf blessés légers. La catastrophe a provoqué une polémique sur la politique de prévention de ce type d'accidents dans la Péninsule.Les corps de quatre victimes, un père et ses trois filles, ont été retirés des décombres d'une habitation. Elle s'est effondrée sous la poussée du glissement de terrain, survenu en début de matinée à la suite de fortes pluies.Plusieurs coulées de boue se sont détachées de la colline aux pentes abruptes dominant une zone heureusement peu habitée de la commune d'Ischia, sur l'île du même nom, une destination prisée des touristes italiens et étrangers.Une cinquantaine d'habitations ont été évacuées par précaution, car les pluies qui menaçaient toujours sur l'île ont fait craindre de nouveaux éboulements. Les travaux de dégagement des victimes ont été rendus difficiles par l'instabilité du terrain.Cet accident a rappelé aux habitant de la région la catastrophe survenue les 5 et 6 mai 1998 à Sarno, à l'est de la Naples, près du Vésuve, qui avait fait 137 morts dans des circonstances similaires.Collines volcaniques à haut risqueUn expert en catastrophe naturelles, Franco Barberi, interrogé par la télévision Sky TG24, a expliqué que les collines volcaniques étaient à haut risque d'éboulement, en raison du caractère instable des terres qui adhèrent faiblement à la roche."Malheureusement, la classification des zones à risques est trop récente pour avoir empêché la construction d'habitations là où il n'aurait jamais fallu le faire", a-t-il dit.Le directeur de l'institut de géophysiquee de vulcanologie, Enzo Boschi, a déclaré dans une conférence de presse à Rome que le drame d'Ischia était "prévisible". Il a affirmé que un cinquième des communes de la péninsule étaient concernées par le risque d'éboulement et et a réclamé un plan national de prévention.Le commandant du corps des gardes forestiers de la province de Naples, Vincenzo Stabile, a estimé que le manque d'entretien des bois qui recouvraient le versant de la colline avait pu jouer un rôle dans la catastrophe."La végétation, trop dense, a pu faire supporter à la pente particulièrement raide un poids trop important et compromis la stabilité du terrain", a-t-il déclaré. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.