Italie: Prodi veut rassurer, Berlusconi promet beaucoup

ROME - Romano Prodi a voulu rassurer les Italiens lundi soir face à Silvio Berlusconi, lors du dernier duel télévisé avant les législatives des 9 et 10 avril. Le "Cavaliere" a beaucoup promis mais a perdu son sang-froid plusieurs fois.Comme l'avaient annoncé les derniers échanges entre les lieutenants des deux camps, la confrontation a tourné autour des impôts. M.Berlusconi a tout fait pour mettre son adversaire en difficulté, répétant qu'il avait avec ses alliés communistes le projet de s'en prendre à l'épargne des Italiens.Dominé dans l'ensemble par un Romano Prodi efficace dans ses répliques et clair dans son argumentation, le débat a été marqué dans les dernières secondes par un coup de théâtre de Silvio Berlusconi. Ce dernier a promis aux Italiens de supprimer la taxe foncière communale sur les nouvelles constructions.La promesse pourrait faire mouche, car selon les estimations, entre 70 et 80% des Italiens sont propriétaires de leur habitation. Mais elle devrait donner lieu à de nombreuses polémiques de fin de campagne, car cette taxe fixée par les maires est considérée comme indispensable pour le financement des services publics locaux.L'ultime tentative de séduction de Silvio Berlusconi lui a permis de conclure la soirée avec aisance, après avoir toutefois craqué à deux reprises durant ce débat de 90 minutes. Il n'a pas pu s'empêcher d'interrompre son adversaire sur son temps de parole, obligeant le modérateur à le reprendre fermement."Respectez le chef du gouvernement!", a-t-il lancé avec furie quand Romano Prodi l'a raillé en citant calmement le dramaturge britannique George-Bernard Shaw: "M.Berlusconi s'accroche aux chiffres comme les ivrognes s'accrochent à leur réverbère".Quelques instants plus tôt, l'animateur devait déjà intervenir pour faire taire le chef du gouvernement alors que Romano Prodi, qui avait la parole, l'attaquait sur sa gestion des dépenses publiques.Selon les derniers sondages publiés il y a dix jours, la coalition de centre-gauche l'emporterait avec trois à cinq points d'avance sur celle de centre-droit, mais 30% d'Italiens se déclaraient encore indécis.Le premier débat entre les deux hommes, remporté par Romano Prodi selon la plupart des observateurs, avait rassemblé près de 17 millions de téléspectateurs le 14 mars, soit plus de 50% de parts de marché. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.