Israël: la campagne pour les législatives a commencé

JéRUSALEM - La campagne pour les législatives israéliennes du 28 mars a débuté. Les perspectives de paix en sont absentes, alors que le gouvernement d'Ehud Olmert n'hésite pas à menacer de mort le premier ministre palestinien issu d'élections démocratiques.Au nom de Kadima, parti centriste donné favori par les sondages, M. Olmert a affirmé qu'il aspirait "à un Etat d'Israël avec des frontières permanentes et une majorité juive".Certains de ses proches ont évoqué ces derniers jours de nouveaux retraits "unilatéraux" en Cisjordanie, "faute de partenaires palestiniens". Les autres formations en lice, les travaillistes et le Likoud, mettent également l'accent sur la fixation unilatérale des frontières d'Israël.Au lendemain des élections, au moins deux des trois principaux courants devront faire alliance. Au vu de l'inimitié entre M. Olmert et le dirigeant du Likoud, l'ancien ministre des Finances Benjamin Netanyahu, le rapprochement le plus probable sera celui de Kadima avec les travaillistes.Il devrait permettre des retrait unilatéraux en Cisjordanie, au grand dam des ultranationalistes et du président palestinien Mahmoud Abbas. Ce dernier s'est redit opposé à une telle perspective, comme à un Etat palestinien aux frontières temporaires.Depuis l'hospitalisation du premier ministre Ariel Sharon le 4 janvier, M. Olmert assure la direction des affaires et celle de Kadima, créé par M. Sharon fin 2005.Les derniers sondages ont montré ces dernières semaines un recul du parti et une avancée des formations d'extrême droite, partisanes de la manière forte vis-à-vis des Palestiniens. Une évolution qui s'est accompagnée d'un durcissement de ton chez les dirigeants de Kadima.Le ministre de la Défense Shaoul Mofaz a ainsi averti que le Premier ministre palestinien désigné du Hamas Ismaïl Haniyeh n'était pas à l'abri d'une élimination au cas où son mouvement "poursuivait ses activités terroristes".Shaul Mofaz a également annoncé la poursuite des assassinats ciblés visant les activistes du Djihad islamique, groupe radical palestinien tirant des roquette sur Israël. Il s'est dit "désolé" pour les civils touchés.Le ministre a fait ces déclarations au lendemain d'un raid à Gaza lors duquel 5 Palestiniens, dont 2 activistes du Djihad islamique, mais aussi un enfant de 8 ans et 2 adolescents, ont été tués. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.