Irak: trois attaques sanglantes font une trentaine de morts

BAGDAD - Vingt-neuf Irakiens ont péri dans des attaques. Dans le même temps, le président irakien, le Kurde Jalal Talabani, et le leader chiite Abdel Aziz Hakim se sont mis d'accord sur le principe d'un gouvernement d'union nationale. Quatorze civils irakiens, des chiites, ont été tués par des tirs contre le minibus dans lequel ils voyageaient au sud de Bagdad. Dans la même zone, onze membres d'une même famille chiite ont été égorgés par six hommes qui ont fait irruption dans leur maison. Quatre policiers ont été tués et cinq blessés à Bagdad dans un attentat suicide et un soldat américain a été tué par l'explosion d'un engin artisanal au passage de son véhicule dans l'est de Bagdad. Sur le plan politique, le chef de la liste de chiites conservateurs, Abdel Aziz Hakim, et le président Talabani ont annoncé dans la soirée qu'ils étaient d'accord pour élargir le prochain gouvernement aux représentants d'autres communautés. La Mission internationale pour les élections irakiennes (MIEI) a annoncé pour sa part la constitution d'une équipe d'experts qui vont compléter l'évaluation des élections législatives 15 décembre. Des Arabes sunnites et des Turcomans ont défilé à Kirkouk (nord) pour dénoncer ces résultats et une tentative de "mainmise kurde sur la ville". Au chapitre des otages, les ravisseurs du Français Bernard Planche, enlevé le 5 décembre à Bagdad, ont transmis une vidéo, diffusée mercredi par la télévision Al-Arabiya. Elle montre l'otage menacé de mort "si la France ne met pas fin à sa présence illégitime en Irak". "Je rappelle que la France n'a pas de présence militaire en Irak et qu'elle a toujours plaidé pour que ce pays soit restauré dans sa pleine souveraineté", a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, Philippe Douste-Blazy, ajoutant que "rien ne justifie le maintien en captivité de Bernard Planche". La branche irakienne d'Al-Qaïda a revendiqué de son côté l'enlèvement de cinq Soudanais, dont un diplomate de l'ambassade du Soudan à Bagdad, et menacé de les tuer sous 48 heures si Khartoum ne rompait pas avec l'Irak. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.