Irak: reprise du procès pour génocide, sans Saddam Hussein

BAGDAD - Le procès pour génocide contre les Kurdes intenté à d'ex-responsables irakiens reprend lundi à Bagdad. Tous les regards seront braqués sur la place qu'occupait sur le banc des accusés Saddam Hussein, pendu neuf jours plus tôt.Le procès continue pour le cousin de l'ancien président irakien, Ali Hassan al Madjid, dit "Ali le chimique", et pour six autres responsables du parti Baath, accusés de tentative de génocide contre les Kurdes irakiens en 1988.Beaucoup de Kurdes regrettent que Saddam Hussein, le principal suspect, ne soit plus là pour répondre de son rôle dans la campagne "Anfal". Il a été condamné à mort dans un autre procès, pour crimes contre l'humanité contre des villageois chiites.L'impression que le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a précipité l'exécution de l'ancien président, une décision qui a soulevé de multiples critiques sur la scène internationale, a été renforcée dimanche quand des avocats et un officiel ont fait savoir que les deux coaccusés de Saddam devaient être pendus en même temps que l'ancien raïs. Ils n'ont été épargnés qu'à cause d'un problème "logistique" de dernière minute.Selon ces sources, les autorités ont transféré le demi-frère de Saddam, Barzan al Tikriti, et son ancien chef du renseignement, Aouad al Bander, dans une aile spéciale de la prison militaire américaine, et leur ont demandé de rédiger leur testament au même moment que pour Saddam Hussein en vue d'une exécution à l'aube du 30 décembre.Dans les heures qui ont suivi la pendaison de Saddam, la télévision officielle irakienne a lu un communiqué annonçant la mort des trois hommes condamnés le 5 novembre, mais des responsables ont précisé quelques heures plus tard que Barzan et Bander étaient toujours vivants. Il semble que des problèmes de transport aient retardé leur exécution pour laquelle aucune nouvelle date n'a encore été fixée."La Coalition ne pouvait fournir la logistique nécessaire le même jour que l'exécution de Saddam", a déclaré Mouaffak al Rubaie, conseiller pour la sécurité nationale en Irak, à la chaîne de télévision CNN. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.