Irak: lourdes pertes américaines et irakiennes

BAGDAD - Quatorze militaires américains ont été tués en 48 heures à l'ouest de Bagdad et onze soldats irakiens sont morts au nord de la capitale. Ce bilan illustre l'escalade de la rébellion malgré les opérations militaires lancées pour la mater. Sur un autre plan, les efforts se poursuivent pour la libération de cinq otages occidentaux, qui sont menacés de mort par leurs ravisseurs. Onze soldats Irakiens ont été tués, deux blessés, ainsi qu'un rebelle, lors d'un affrontement à Adhaim, à 100 km au nord de Bagdad, selon une source de sécurité. Des 19 militaires américains morts en Irak depuis le début de la semaine, quatorze ont été tués dans la province occidentale d'Al-Anbar, bastion des rebelles, en 48 heures. Par ailleurs, un responsable de l'Association des musulmans de Grande-Bretagne, d'origine irakienne, est arrivé en Irak pour tenter d'obtenir la libération de l'otage britannique Norman Kember, enlevé il y a une semaine exactement avec deux Canadiens et un Américain. Selon la chaîne qatariote Al-Jazira, les ravisseurs des quatre otages menacent de les tuer si tous les détenus dans les prisons en Irak ne sont pas libérés avant le 8 décembre. Les ravisseurs ont donné aux gouvernements irakien et américain moins d'une semaine pour répondre à leurs exigences, selon la chaîne satellitaire, qui cite un communiqué reçu avec une vidéo montrant les otages. Une archéologue allemande, Susanne Osthoff, 43 ans, a d'autre part été kidnappée, le 25 novembre avec son chauffeur irakien dans le nord de l'Irak. Dans une cassette vidéo diffusée il y a quelques jours, les auteurs du rapt ont demandé à l'Allemagne de cesser toute collaboration avec le gouvernement irakien et menacé de tuer leurs deux otages, dans un "un court délai". Cet ultimatum est arrivé à échéance vendredi matin. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.