Irak: le procès de Saddam Hussein reprend à Bagdad

BAGDAD - Le procès du président irakien déchu Saddam Hussein et de sept de ses lieutenants pour le massacre de villageois chiites a repris lundi devant un tribunal de Bagdad. Sur le terrain, un ingénieur français a été enlevé à Bagdad. Saddam Hussein a été le dernier à rentrer dans la salle du tribunal avec, comme d'habitude, le Coran dans la main. Habillé à l'occidental et souriant, il a pris place dans le box des accusés en lançant à ses lieutenants: "Que Dieu salue les hommes". Les avocats de la défense étaient présents, dont notamment l'ancien ministre américain de la Justice Ramsey Clark, en robe d'avocat. Tous les prévenus risquent la peine de mort. Dans le fief de l'ex-président, Tikrit, des dizaines d'Irakiens ont manifesté lundi matin en sa faveur, a constaté un correspondant de l'AFP. Ils se sont rassemblés dans le centre de la ville située au nord de Bagdad et ont brandi des portraits de l'ancien dictateur. "Notre âme et notre sang, nous les sacrifions pour toi Saddam", ont-il crié, entourés d'un important cordon de la police irakienne. De telles manifestations avaient eu lieu lors des deux premières audiences, le 19 octobre et le 28 novembre. Par ailleurs, un ingénieur français travaillant à Bagdad a été enlevé lundi matin par des inconnus armés dans l'ouest de la capitale, a indiqué la police irakienne. Selon cette dernière, il travaillait comme ingénieur dans une station d'épuration de l'eau de la capitale. Le ressortissant français circulait à bord de sa voiture dans le quartier de Mansour lorsque des hommes armés l'ont arrêté et emmené vers une destination inconnue, selon cette source. Si ce nouveau rapt est confirmé, il s'agira de la troisième affaire d'enlèvements d'Occidentaux en dix jours. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.