Irak: l'arrestation du fils d'un dirigeant chiite indigne

BAGDAD - Le président irakien Jalal Talabani et des milliers de manifestants ont protesté contre la brève arrestation par l'armée américaine du fils d'un dirigeant chiite. Dans la province d'Al-Anbar, un attentat devant une mosquée sunnite a fait au moins 37 morts.Dans la ville sainte chiite de Najaf, au sud de Bagdad, des milliers de manifestants se sont rendus vers les bureaux du grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité religieuse chiite du pays. "Nous voulons que les forces américaines sachent que cette détention va détruire les projets politiques pour l'Irak", pouvait-on lire sur une banderole.Des soldats irakiens et américains ont interpellé vendredi Ammar al-Hakim, fils d'Abdel-Haziz Hakim, le dirigeant du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), l'un des principaux partis chiites, alors qu'il revenait d'Iran. Ils l'ont libéré après plusieurs heures.Ammar al-Hakim a dénoncé ses dures conditions d'arrestation. Il a accusé les forces américaines d'avoir délibérément cherché à l'arrêter, puis de lui avoir brutalement attaché les mains et bandé les yeux. Il a ajouté que les soldats l'avaient traité "de façon impolie".Alors que les chiites manifestaient leur colère, un attentat a été commis devant une mosquée sunnite à Habbaniya, à environ 80 km à l'ouest de Bagdad, dans la province rebelle sunnite d'Al-Anbar, rarement visée par de telles attaques. Au moins 37 personnes ont été tuées et 67 autres blessées lorsqu'un véhicule piégé a explosé près de ce lieu de culte, selon la police. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.