Irak: l'Allemagne "ne cède pas au chantage", affirme Merkel

BERLIN - Dans son premier discours au parlement, Angela Merkel a dit que l'Allemagne ne cédera pas "au chantage" des ravisseurs de l'archéologue allemande en Irak. La nouvelle chancelière veut aussi dynamiser l'économie stagnante et s'attaquer au chômage de 11 %. "Une chose est claire: ce gouvernement, ce parlement, nous ne cédons pas au chantage", a affirmé la chancelière conservatrice, une semaine après son élection par la chambre basse du parlement (Bundestag). "Nous ne devons pas relâcher nos efforts dans la lutte contre le terrorisme international", qui est dirigé contre "ce qui fait le coeur de notre civilisation", a-t-elle dit. "Il est tout aussi clair que le gouvernement allemand met tous les moyens en oeuvre pour assurer la protection de Susanne Osthoff et son chauffeur irakien, et aboutir à leur libération", a ajouté la chancelière et présidente de l'Union chrétienne-démocrate (CDU). "Tous les Allemands se sentent concernés par le destin des otages et tous les Allemands ressentent une profonde solidarité et un profond attachement" vis-à-vis des deux otages, a-t-elle ajouté. Jusqu'ici, le gouvernement ne sait "rien des motifs ou du contexte" de cet enlèvement, a ajouté Angela Merkel. Susanne Osthoff, une Bavaroise de 43 ans convertie à l'islam, qui vit en Irak depuis dix ans et parle arabe couramment, a disparu vendredi avec son chauffeur. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.