Irak: 10 Marines tués à Falloujah - action anti-rebelles à Ramadi

BAGDAD - Dix Marines ont été tués dans une explosion près de Falloujah, la plus sanglante contre les forces américaines en Irak depuis août. Parallèlement, plusieurs opérations ont été menées dans cette même région contre les rebelles à Ramadi. Les Marines faisaient partie d'une patrouille à pied jeudi lorsqu'un engin artisanal a explosé à proximité, près de Falloujah, à 50 km à l'ouest de la capitale, a annoncé vendredi l'armée américaine. Dix Marines ont été tués et onze blessés. Dans la région de Falloujah, une force combinée irako-américaine a par ailleurs lancé une nouvelle opération contre les rebelles à Ramadi. Deux cents soldats irakiens et 300 Marines ont mené cette opération baptisée "Lance". Elle vise à "démanteler" la rébellion et créer les conditions favorables pour les élections du 15 décembre, a indiqué un communiqué militaire américain. Entre-temps, 2000 militaires américains et 500 soldats irakiens ont continué l'opération "Marteau de fer" dans la région de Hit, à l'ouest de Ramadi. Les forces américaines ont multiplié les opérations dans la vallée de l'Euphrate, s'étendant de la frontière syrienne jusqu'aux approches occidentales de Bagdad. La région est considérée comme la grande voie de ravitaillement en hommes et en matériel de la rébellion. Selon le commandement américain, ces opérations ont permis de saisir une quantité importante d'armes de différents calibres et d'explosifs. Reste que, selon un rapport publié par l'institut américain Washington Institute for Near East Policy, l'insurrection en Irak reste forte. Ce qui dément les déclarations du gouvernement américain sur les progrès des forces de la coalition contre les insurgés. Du côté des otages occidentaux, les appels se sont multipliés vendredi pour leur libération. Une semaine après le rapt d'une archéologue allemande Susanne Osthoff avec son chauffeur irakien, Berlin a dit chercher à entrer en contact avec les ravisseurs. La famille de Susanne Osthoff a lancé un appel à la libérer. Le président du conseil central des musulmans d'Allemagne, Nadeem Elyas, a appelé "le monde islamique à user de son influence sur ses ravisseurs". A Bagdad, le chef radical chiite irakien Moqtada Sadr et le Comité des oulémas ont demandé sa libération. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.