Franche-Comté: 11 sièges sur 13 pour la droite, Chevènement battu

La droite a remporté 11 des 13 circonscriptions de Franche-Comté lors du 2e tour des législatives. Celui-ci a aussi été marqué par la 2e défaite de Jean-Pierre Chevènement dans le Territoire de Belfort et la victoire de justesse de Pierre Moscovici.Emporté par la "vague bleue", le maire de Belfort Jean-Pierre Chevènement est une nouvelle fois battu dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort par le député sortant UMP, Michel Zumkeller. Ce dernier lui avait déjà ravi son siège en 2002.L'échec du M. Chevènement, qui ne recueille que 45,52% des voix dans son fief historique, compromet toute nouvelle candidature de sa part à la mairie de Belfort. L'ancien ministre avait en effet indiqué qu'il ne se présenterait pas aux municipales de 2008 en cas de défaite.En revanche, le socialiste Pierre Moscovici est parvenu à récupérer son siège de député, perdu en 2002, dans la quatrième circonscription du Doubs. Il a recueilli 50,93% des suffrages et devancé de 750 voix la députée sortante UMP Irène Tharin.Dans la 2e circonscription du Doubs, Jacques Grosperrin (UMP) a profité de l'absence de la députée sortante Paulette Guinchard-Kunstler (PS) qui, si elle avait participé au scrutin, aurait été quasi assurée d'être réélue. Il recueille 52,68% des voix.En Haute-Saône, la droite manque le carton plein avec la défaite de Maryvonne Briot face au socialiste Jean-Michel Villaumé (51,61%), malgré la réélection dès le premier tour de Michel Raison (3e) et d'Alain Joyandet (1ère).Elle réalise le grand chelem toutefois dans le Jura, traditionnellement ancré à droite, où les UMP Jean-Marie Sermier (3e) et Marie-Christine Dalloz (2e) rejoignent Jacques Pélissard, réélu dès le premier tour à Lons-Le-Saunier (1ère).Dans l'ensemble de la Franche Comté, la droite n'a néanmoins pas totalement confirmé la dynamique dont elle a bénéficié au premier tour, dans la foulée de l'élection de Nicolas Sarkozy il y a six semaines, pour obtenir la majorité absolue la plus étendue possible. Au premier tour, les candidats UMP étaient tous en tête dans la région, prenant souvent une belle longueur d'avance sur leurs concurrents socialistes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.