France: début du procès fleuve du naufrage du pétrolier Erika

PARIS - Le procès du naufrage du pétrolier Erika, qui avait pollué en 1999 des centaines de kilomètres de côtes de Bretagne, s'est ouvert à Paris. Le tribunal va passer quatre mois à démêler l'écheveau des responsabilités de la plus grosse marée noire survenue en France.Après sept ans d'enquête, quinze personnes morales et physiques ont été renvoyées devant la justice pour pollution, mise en danger d'autrui ou abstention volontaire de combattre un sinistre, lors de ce premier procès en France d'un désastre écologique majeur.Parmi elles, les armateur et propriétaire italiens, le capitaine indien, les secours français, la société de classification italienne Rina et l'affréteur Total devront expliquer pourquoi, en décembre 1999, ce bateau à une seule coque frôlant les 25 ans a pris la mer en pleine tempête avec 30'000 tonnes de pétrole, malgré plusieurs inspections ayant signalé de graves traces de corrosion.Face à eux, plus de 70 parties civiles, dont de nombreuses collectivités ou associations bretonnes, réclament des indemnisations pour ce désastre qui a vu 20'000 tonnes de fioul lourd souiller 400 km de côtes, mazouter plus de 150'000 oiseaux et sinistrer l'économie bretonne pour un préjudice évalué à plus d'un milliard d'euros.Plusieurs candidats à la prochaine élection présidentielle ont fait entendre leur voix au premier jour de ce procès hypermédiatisé. La socialiste Ségolène Royal, qui préside la région Poitou-Charentes, également touchée par la marée noire, a notamment fait savoir qu'elle suivait ce procès de près et n'excluait pas d'y faire une apparition. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.