Etats-Unis: Nancy Pelosi accusée de vouloir un gros avion

WASHINGTON - "Extravagante arrogance" ou "désinformation", le torchon brûle entre la présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi et ses adversaires républicains. Ces voix critiques l'accusent d'exhiber des goûts de luxe en réclamant un gros avion pour ses voyages."C'est une arrogance extravagante qui lui fait réclamer un avion qui coûte 22 000 dollars par heure de vol pour la convoyer, elle et ses copains, entre (Washington) et la Californie", a accusé, sur la chaîne de télévision Fox, l'influent représentant républicain Adam Putnam."C'est de la désinformation, et c'est mystérieux qu'elle puisse se répandre sans avoir le moindre fondement", a rétorqué jeudi Mme Pelosi, spéculant sur la vengeance sournoise d'adversaires politiques au Pentagone qui auraient créé le scandale de toutes pièces.Quant à l'exploitation de l'affaire par les républicains du Congrès, c'est parce que "ils n'ont rien à dire sur la guerre, sur l'économie, le réchauffement climatique et le reste - alors ils jouent ce petit jeu", mais, a-t-elle assuré, "ce qu'ils racontent n'a rien à voir avec la réalité".Au centre du débat, la règle instituée après les attentats du 11 septembre 2001 prévoit que le ou la président(e) de la Chambre, avec le devoir d'accéder à la Maison Blanche en cas de disparition subite du président et du vice-président, voyage en avion sécurisé fourni par le Pentagone.Prédécesseur de Mme Pelosi, le républicain Dennis Hastert a pu voyager jusqu'en décembre dans un petit avion d'affaires entre Washington et la banlieue de Chicago (1188 km).Problème, Nancy Pelosi est élue de San Francisco (Californie, ouest), et les services du Congrès craignent que le même avion ne puisse pas couvrir les 4535 km sans escale, explique-t-elle, d'où la requête d'un avion plus gros.Mais, insiste-t-elle, "je n'ai jamais demandé un avion plus gros (..), c'est la demande (des services de sécurité)" et "j'ai dit que je serais contente de voyager avec une compagnie commerciale si l'avion disponible ne peut pas traverser le continent".La Maison Blanche a tenté de calmer le jeu. "C'est une histoire stupide et je crois qu'on est injuste" avec Mme Pelosi, a dit le porte-parole du président Tony Snow, "je ne crois pas qu'elle demande à voyager en navette spatiale", a-t-il ajouté.Quant aux services de sécurité de la Chambre, ils ont défendu le point de vue de Mme Pelosi, et revendiqué dans un communiqué la demande d'un avion sécurisé capable d'assurer des vols sans escale jusqu'en Californie, "à moins qu'un tel avion ne soit pas disponible". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.