Elections en Algérie: un scrutin sous haute surveillance

ALGER - Près de 19 millions d'Algériens sont appelés aux urnes ce jeudi. Ils doivent renouveler les 389 députés de l'Assemblée populaire nationale (APN). Ce scrutin a été précédé par un attentat qui a fait un mort.Le ministre algérien de l'Intérieur Yazid Zerhouni, qui a qualifié cet attentat d'"acte de sabotage contre le système démocratique algérien", destiné à perturber les législatives, a appelé les électeurs à se rendre nombreux aux urnes pour prouver leur "attachement à la démocratie".Al Qaïda au Maghreb islamique (ex GSPC) avait appelé les Algériens à boycotter les élections, qu'elle a qualifiées de "comédie", en avertissant que les électeurs qui y participeraient commettraient "un grand péché".Les mesures de sécurité ont été renforcées à Alger et dans les grandes villes pour prévenir de nouveaux attentats.Après une campagne électorale terne, le taux d'absention risque d'être important. Aux législatives de 2002, le taux de participation avait été de 46,17%.Outre Al-Qaïda au Maghreb, le Front islamique du salut (FIS - dissous) et le Front des forces socialistes (FFS - opposition légale) ont appelé au boycottage du scrutin, pour des raisons différentes.Les trois partis de l'Alliance présidentielle: le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND) et le Mouvement de la société de la paix (MSP, islamique) sont les favoris du scrutin.Les femmes sont les parents pauvres de cette élection, qui se déroule au scrutin de listes à la proportionnelle départementale. Elles sont rarement tête de liste et ne figurent pas le plus souvent en position d'éligibles.Les Algériens de l'étranger ont commencé à voter le 12 mai pour choisir huit députés, les nomades du Sahara algérien, le 14. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.