Des milliers de personnes manifestent à Rome contre Prodi

ROME - Des milliers de personnes, plus d'un million selon les organisateurs, ont manifesté contre le gouvernement de Romano Prodi à Rome. Les participants au défilé ont salué Silvio Berlusconi, de retour sur la scène politique après son malaise.La place San Giovanni, devant la basilique Saint-Jean de Latran, lieu traditionnel des manifestations de la gauche, était parsemée de banderoles portées par des manifestants en majorité assez âgés, où l'on pouvait lire "Faucille et marteau: rien dans le cerveau" ou "Liberté! liberté!"."Je suis un retraité de l'Etat et je touche 20'000 euros par an. J'ai une Fiat et ils (le gouvernement de gauche de Romano Prodi) ont augmenté les taxes sur la voiture. Le problème de ce gouvernement, c'est les impôts", a déclaré un habitant de Frosinone, dans les environs de Rome."Je suis anti-communiste et je ne désire pas rester silencieux face à ce gouvernement qui veut nous faire plier sous les impôts. L'Etat italien doit maigrir et le budget ne prévoit pas assez de coupes dans les dépenses publiques, mais je n'étais pas non plus satisfait par le précédent gouvernement", a déclaré un autre manifestant.En chute dans les sondages, critiqué pour son projet de budget 2007 qui s'appuie notamment sur des hausses d'impôts pour assainir les finances publiques, le gouvernement de Romano Prodi s'est retrouvé à plusieurs reprises en difficultés au Sénat, où il ne compte qu'une voix d'avance sur l'opposition (157 contre 156).Les tensions dans la coalition, qui s'étend du centre-gauche aux communistes, se sont concentrées autour de la loi de finances actuellement débattue au Sénat. Celle-ci veut dégager plus de 30 milliards d'économies et de recettes nouvelles pour ramener le déficit public italien sous les 3 % dès 2007. Elle prévoit notamment d'abaisser la plus haute tranche d'imposition (43 %) de 100 000 à 75 000 euros de revenu annuel.Mais la droite connaît également ses dissensions et l'hospitalisation dimanche de Silvio Berlusconi, après un malaise en plein meeting près de Florence, a relancé cette semaine les spéculations sur sa succession, qui met en appétit deux autres leaders plus jeunes: Gianfranco Fini (Alliance nationale) et Pier Ferdinando Casini (UDC, démocrates-chrétiens). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.