Crash à Téhéran: les autorités iraniennes critiquées

TÉHÉRAN - Les critiques contre les autorités iraniennes se sont multipliées au ledemain de l'accident du C130 qui s'est écrasé à Téhéran, faisant au moins 108 morts. Selon des témoins, le pilote aurait été contraint de décoller malgré des problèmes techniques. "L'avion devait décoller à 07h00. Mon mari m'a appelé à 08h00 pour dire que l'avion avait des problèmes techniques (...). Je l'ai rappelé à dix heures, l'avion n'avait toujours pas décollé. Il m'a dit que le pilote refusait de le faire à cause de problèmes techniques", a raconté la femme de Mohammad Karbalaïe, photographe du quotidien conservateur "Hamshahri". L'appareil de l'armée, transportant notamment 68 journalistes pour un voyage de presse dans le sud du pays pour assister à une importante manoeuvre militaire, a décollé de Téhéran avant de s'écraser. Au moins 108 personnes ont été tuées, selon un nouveau bilan diffusé par un responsable hospitalier sur la radio d'Etat. "Les responsables doivent dire pourquoi on a utilisé un avion dépassé et bon pour la casse pour emmener un groupe de journalistes", écrit "Hamshahri" dans son éditorial. Selon le quotidien, "le pilote, qui avait fait demi tour à cause des problèmes techniques, a demandé à deux reprises l'autorisation de faire un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Mehrabad mais cela lui a été refusé". Dès mardi soir, des journalistes iraniens, notamment à l'agence estudiantine Isna, ont raconté que des collègues à bord de l'avion les avaient appelés avant le décollage pour dire que le pilote ne voulait pas décoller à cause de problèmes techniques. Le général Hassan Nami, adjoint au chef de l'état-major de l'armée, a démenti "la rumeur selon laquelle l'équipage était au courant de problèmes techniques avant le décollage", selon l'agence semi-officielle Mehr. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.