CPE: promulgation égale "crise majeure", avertit François Hollande

PARIS - Jacques Chirac ouvrira "une crise majeure" s'il promulgue le CPE, a estimé François Hollande. La dirigeante de l'UMP Roselyne Bachelot l'a également invité à ne pas le faire, soulignant les risques croissants de "dérapages" lors des manifestations.Le premier secrétaire du Parti socialiste, qui s'exprimait au micro de RTL, a invité le chef de l'Etat à prendre "une décision d'apaisement" dans la crise actuelle en ne promulguant pas le contrat première embauche.Le président de la République doit s'adresser aux Français à 20h00 lors d'une allocution télévisée, 24 heures après la validation sans réserve par le Conseil constitutionnel du CPE, un nouveau contrat de travail présenté le 16 janvier.François Hollande a souligné qu'une issue à une crise sociale et désormais politique qui enfle jour après jour pourrait être trouvée en cas de non promulgation du texte."Il ne peut pas prendre les risques de l'épreuve de force", a fait valoir François Hollande, soulignant que si le chef de l'Etat promulguait le CPE "il prend le risque de l'aventure".Le chef du PS a rappelé que toutes les organisations syndicales ont dit qu'il n'y aura pas de négociation possible sur le CPE s'il était promulgué et que "les organisations de jeunesse ont aussi lancé une alerte".Forts d'une mobilisation massive dans la rue mardi dernier, douze syndicats de salariés, d'étudiants et de lycéens ont appelé à une nouvelle journée de grèves et de manifestations à travers la France mardi prochain, le 4 avril.La dirigeante de l'UMP Roselyne Bachelot a également invité Jacques Chirac à ne pas promulguer le CPE. "Il faut maintenant dialoguer", a-t-elle estimé.Roselyne Bachelot, qui est secrétaire générale adjointe de l'UMP, le parti majoritaire dirigé par Nicolas Sarkozy, a fait valoir que d'après les sondages plus de 80% des Français souhaitent le retrait du CPE. "Et une majorité dans cette majorité souhaite que le CPE soit retravaillé", a-t-elle souligné.Roselyne Bachelot a estimé "évident qu'un certain nombre de dérapages seront possibles" si la crise restait non résolue après l'intervention du chef de l'Etat. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.