Canada: le premier ministre Paul Martin reconnaît sa défaite

OTTAWA - Le premier ministre sortant Paul Martin a concédé la victoire à son adversaire conservateur Stephen Harper aux élections canadiennes. Il a annoncé dans la foulée qu'il allait quitter la direction du parti libéral."Je viens juste d'appeler Stephen Harper et je lui ai transmis mes félicitations. Le peuple du Canada l'a choisi pour diriger un gouvernement minoritaire", a-t-il déclaré à ses partisans dans sa circonscription de Montréal.M. Martin a également annoncé qu'il ne conduirait pas le parti libéral lors des prochaines élections. Selon des résultats encore provisoires, les conservateurs ont remporté 125 des 308 sièges au parlement lors du scrutin de lundi, contre 102 pour les libéraux.Le libéral avait succédé à Jean Chrétien à la tête du parti en novembre 2003. Après avoir mené les libéraux à une courte victoire aux précédentes élections de juin 2004, Paul Martin a cette fois échoué, les conservateurs mettant un terme à 12 ans de règne libéral.M. Harper, le premier non Québécois à remporter une élection depuis 1979, devra compter sur l'appui des autres partis représentés au parlement pour faire adopter ses mesures législatives et se maintenir au pouvoir.Les conservateurs en tête ont notamment remporté au moins sept sièges dans la province francophone du Québec, où ils n'avaient pas réussi à faire élire un seul député lors des élections précédentes en juin 2004.Les libéraux de Paul Martin ont pâti de l'usure du pouvoir et des suites d'un scandale de pots-de-vin qui a terni l'image de son parti. Stephen Harper a promis de faire le ménage à Ottawa, de réduire les taxes sur la consommation et d'améliorer les relations avec les Etats-Unis.Le premier ministre sortant Paul Martin, 67 ans, a été réélu dans sa circonscirption, mais la défaite de son parti pourrait sonner le glas de sa carrière politique.Durant la campagne, M. Martin n'a cessé de présenter son adversaire comme un ultra-conservateur, proche de la droite conservatrice américaine et prêt à ramener le Canada en arrière.Une victoire des conservateurs ne signifie pas forcément que le Canada est prêt à effectuer un net virage à droite, selon les commentateurs. Ainsi, le Nouveau parti démocratique (NPD, gauche) améliore sensiblement ses résultats et pourrait compter une dizaine de députés de plus que lors de la précédente législature. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.