Bush sort de son mutisme sur les écoutes téléphoniques

BERNE - George W. Bush est sorti de son mutisme sur l'affaire de la collecte des relevés téléphoniques de dizaines de millions de ses compatriotes. Il a affirmé que cette pratique visait à traquer Al-Qaïda.Les révélations du quotidien "USA Today" jeudi selon lesquelles l'agence américaine chargée du renseignement électronique (NSA) se procure ces relevés pour lutter contre les réseaux terroristes, ont scandalisé de nombreux parlementaires et médias. Elles ont relancé le débat sur l'équilibre entre lutte antiterroriste et protection des libertés."Il est important que les Américains comprennent que nos activités visent strictement Al-Qaïda et ses affiliés connus", a dit M. Bush dans son allocution hebdomadaire à la radio. Il a assuré que les opérations de renseignements qu'il a autorisées étaient "légales" et que les membres du Congrès, tant républicains que démocrates, avaient été informés de façon adéquate à ce sujet."La vie privée de tous les Américains est ardemment protégée dans toutes nos activités", a-t-il, en outre, insisté. "Le gouvernement n'écoute pas les appels téléphoniques intérieurs sans l'approbation d'un tribunal", a ajouté le chef de la Maison blanche.M. Bush avait déjà pleinement assumé les écoutes téléphoniques effectuées sans mandat de la justice après les attentats du 11 septembre 2001, et révélées en décembre par le "New York Times". Le gouvernement a depuis expliqué qu'il s'agissait de communications avec l'étranger et non de communications intérieures stricto sensu.L'opinion aux Etats-Unis ne semble toutefois pas partager les inquiétudes de la presse et des parlementaires : un sondage réalisé dès jeudi montrait que près des deux tiers (63%) des Américains jugeaient justifiée l'interception des relevés téléphoniques et que 65% considéraient "plus important" d'enquêter sur des menaces potentielles que de respecter la vie privée.Les compagnies de téléphone ayant collaboré avec la NSA se retrouvaient, quant à elles, dans une position pour le moins inconfortable. Des clients de Verizon, le numéro un du secteur aux Etats-Unis, ont ainsi engagé vendredi des poursuites judiciaires, réclamant au groupe cinq milliards de dollars pour les dommages qu'ils estiment avoir subis. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.