Bosnie: Karadzic et Mladic auraient été sciemment épargnés

Les grandes puissances ont sciemment laissé en liberté les dirigeants serbes bosniaques Radovan Karadzic et Ratko Mladic, affirme une ancienne collaboratrice de Carla Del Ponte. Les deux hommes sont poursuivis pour génocide.La France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie ont agi ainsi pour éviter qu'un procès ne mette en lumière le fait qu'ils connaissaient avant 1995 les projets du président yougoslave Slobodan Milosevic, instigateur du conflit, mais qu'ils sont restés inactifs lors des hostilités et ont négocié avec tous les acteurs, avance Florence Hartmann dans un livre qui paraît lundi en France. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.