Bombardements au Liban: Israël favorable à une force internationale

BEYROUTH - Israël a poursuivi ses bombardements au Liban au 12e jour de son offensive. L'aviation israélienne a notamment frappé la région de Baalbeck, le chef lieu du Liban sud Saïda, et le sud de Beyrouth. Cinq civils ont été tués et 21 autres blessés.Le ministre syrien de l'Information, Moshen Bilal, a mis en garde Israël contre toute opération d'envergure au Liban. Il a même affirmé que Damas entrera dans le conflit si Israël envahit le Liban par voie terrestre. Le premier ministre israélien Ehud Olmert s'est lui dit favorable au déploiement au Liban "d'une force ayant des capacités militaires et une expérience des combats, qui serait formée par des Etats de l'Union européenne".Sur le terrain, l'aviation israélienne a continué dimanche à bombarder le Liban-Sud. Une photographe de presse libanaise indépendante, Layal Nagib, 23 ans, a été tuée dans un raid près de Tyr, au Liban sud. Sa mort porte à cinq le nombre des civils tués dimanche.En Israël, deux civils israéliens ont été tués et une vingtaine blessés par des roquettes du Hezbollah qui se sont abattues en deux temps à Haïfa.L'armée israélienne a par ailleurs pris le contrôle samedi soir de Maroun al-Ras, un village stratégique au Sud-Liban à environ 5 km de la frontière, après des combats violents avec le Hezbollah. Washington a maintenu son appui total à Israël après cette incursion terrestre, la plus importante depuis le début des hostilités.L'objectif de l'opération menée par l'Etat hébreu au Liban est de repousser les miliciens du Hezbollah à 20 km au nord de la frontière israélienne, a pour sa part indiqué le ministre de la Justice. Selon lui, "il n'y a pas actuellement d'opération terrestre massive comparable à l'opération que nous avions lancée en 1982", lorsque Tsahal avait envahi le Liban et atteint Beyrouth."Nous voulons déraciner le Hezbollah mais de façon prudente pour éviter des pertes" parmi les soldats israéliens, a-t-il souligné. Le ministre a prévenu que "pour Israël il n'y a plus de civils au sud du Liban, car ils sont tous censés être partis à Beyrouth ou Saïda après les appels que nous leur avons lancés à quitter leurs habitations". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.