Birmanie: la détention de Aung San Suu Kyi a été prolongée d'un an

RANGOUN - La junte birmane a prolongé d'un an l'assignation à résidence de la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition, a-t-on appris samedi de source gouvernementale. Son parti espère pourtant qu'elle soit libérée prochainement.Une source proche du ministère de l'intérieur avait déclaré auparavant, sans en préciser la durée, que les dirigeants de la junte avaient prorogé l'assignation à résidence de Suu Kyi.A l'approche de l'expiration de la précédente période de six mois d'assignation à résidence, les mesures de sécurité devant le domicile de Suu Kyi, à Rangoun, avaient été renforcées. Des policiers armés ainsi que des barrages routiers bloquaient le passage.Il y a une semaine, Suu Kyi, âgée de soixante ans, avait été autorisée à rencontrer un haut responsable des Nations unies. Des membres de sa Ligue nationale pour la démocratie (NLD) espéraient une libération prochaine. Sur fond d'optimisme croissant, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, avait lancé vendredi un appel direct au chef de la junte, Than Shwe.La décision de prolonger l'assignation à résidence a valu à la junte des critiques immédiates de l'Association des nations du sud-est asiatique (Asean), l'une des rares organisations internationales acceptant d'accueillir parmi ses membres les généraux de Birmanie.Sur les seize dernières années, Suu Kyi en a passé plus de dix en prison ou assignée à résidence. La dernière en date de ses périodes de détention a débuté "pour sa propre sécurité" le 30 mai 2003 après des affrontements entre ses partisans et des manifestants favorables à la junte. Son téléphone est coupé et ses seuls visiteurs sont sa femme de ménage et un médecin. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.