Beyrouth accuse Israël de "crimes contre l'humanité"

BEYROUTH - Le Liban accuse Israël de "crimes contre l'humanité" et de "crimes de guerre" après le bombardement de Cana, au Liban sud, a déclaré le ministre libanais de l'Information Ghazi Aridi. Il a aussi affirmé que les Etats-Unis "couvrent" l'Etat hébreu."Ces agressions sont des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre dans tous les sens du terme", a dit M. Aridi dans un communiqué lu après une réunion du conseil des ministres à Beyrouth. Interrogé sur la position américaine dans le conflit au Liban, M. Aridi a estimé que Washington "couvre ces agressions".La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a mis fin à sa mission au Proche-Orient et doit rentrer lundi à Washington. Elle devait se rendre à Beyrouth, mais le bombardement de Cana et la mort d'au moins 60 civils libanais l'a obligée à renoncer à ce déplacement.Le président George W. Bush a quant à lui appelé à une "paix durable" au Proche-Orient "dans l'intérêt des enfants", dans une réaction aux attaques israéliennes qui ont tué une majorité d'enfants.A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU a suspendu sa séance pour permettre aux diplomates de consulter leurs capitales sur les termes d'une déclaration sur le bombardement israélien à Cana, a indiqué le secrétaire général Kofi Annan. Suspendus peu après 14h00 (22h00 suisses), les débats reprendront vers 16h30 (22h30), a-t-il précisé à la presse.Les Etats-Unis ont eux fait savoir qu'ils menaient "des consultations" avant de se prononcer sur le projet de résolution demandant un cessez-le-feu immédiat au Liban, présenté par la France à l'ONU."Nous attendons de l'examiner. Il y a eu des consultations", a déclaré à des journalistes le porte-parole de la présidence américaine, Tony Snow. Mais il a ajouté que les exigences de Washington pour un cessez-le-feu durable demeuraient inchangées. Il a précisé qu'une résolution sur un cessez-le-feu, soutenue par les Etats-Unis, pourrait être proposée plus tard dans la semaine, pas nécessairement présentée par Washington.Le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a annoncé pour sa part qu'il se rendra lundi à Beyrouth pour s'entretenir avec le gouvernement libanais, dans une interview au quotidien "Le Figaro" à paraître lundi. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.