Berlin dément un projet fiscal concernant les prostituées

BERLIN - Le ministère allemand des finances a démenti des informations selon lesquelles Berlin envisagerait d'imposer aux prostituées dans tout le pays un impôt journalier unitaire se montant à 25 euros. Cette information avait été publiée par le quotidien "Bild"."Nous ne prévoyons aucun nouvel impôt et aucune réglementation au niveau fédéral. Cette question fiscale est du ressort des Etats régionaux, conformément aux principes du fédéralisme", a déclaré un porte-parole du ministère. Il a assuré n'avoir "pas entendu parler" d'un courriel interne au ministère sur le sujet, cité par "Bild"."Il est en revanche évident qu'il y a un problème d'évasion fiscale dans le secteur de la prostitution et que les Etats régionaux veulent lutter contre cela", a-t-il indiqué.Dans le dispositif décrit par "Bild", les prostituées pourraient remplir chaque année une déclaration d'impôts et, selon le nombre de leurs clients, le fisc pourra décider de leur rembourser une partie de ce forfait ou au contraire de les taxer davantage, poursuit le journal à grand tirage.En réalité, certains Etats régionaux ont d'ores et déjà opté pour ce principe d'un impôt journalier, qui est techniquement une avance sur l'impôt sur le revenu annuel, variant entre 20 et 30 euros.Depuis une loi entrée en vigueur le 1er janvier 2002 en Allemagne, la prostitution est légalisée et les prostituées bénéficient en théorie d'une couverture sociale et de conditions de travail réglementées, mais dans les faits, ce dispositif fonctionne mal.Il en va de même pour l'aspect fiscal de cette activité. En 2003, la Cour des comptes allemande avait estimé que 2 milliards d'euros échappaient chaque année au fisc. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.