Benoît XVI appelle à pratiquer l'amour et la charité

CITé DU VATICAN - Le pape Benoît XVI a consacré sa première encyclique à l'amour et la charité. Ce texte, intitulé "Dieu est amour", appelle l'Eglise à placer ces valeurs au coeur de son action dans un monde qui associe trop souvent "la haine et la violence" à la religion.Le pape, ancien gardien de la doctrine de l'Eglise, a donc voulu placer le début de son pontificat sous le signe de l'amour, en contradiction avec l'image de grand inquisiteur qui n'a pas encore été totalement effacée par ses premiers mois d'exercice."Dans un monde où l'on associe parfois la vengeance au nom de Dieu, ou même le devoir de haine et de violence", le message d'amour du christianisme "a une grande actualité et une signification très concrète", souligne-t-il dans l'introduction de cette brochure de 80 pages.Depuis quelques jours, Benoît XVI avait déjà livré les grandes lignes de sa réflexion, et notamment sa réhabilitation, inattendue dans la première encyclique d'un pape sur la charité, de "l'éros", l'amour physique entre l'homme et la femme.Celui-ci doit toutefois être "discipliné" et épuré, affirme-t-il, en dénonçant le caractère "trompeur" de l'amour lorsqu'il est "rabaissé au simple sexe", au domaine "purement biologique".Le pape souligne également que l'organisation de la charité fait partie de la nature profonde de l'Eglise et encourage les catholiques à s'engager dans les associations caritatives. Mais il insiste aussi sur l'importance de la prière "face à l'activisme et au sécularisme dominant de nombreux chrétiens engagés dans le travail caritatif".Les évêques suisses ont accueilli ce texte "avec grande joie". Pour eux, il place le message chrétien de l'amour au premier plan pour lui redonner son lustre. Benoît XVI a également ratifié ce que son pontificat privilégie depuis le début et dont l'Eglise a urgemment besoin aujourd'hui: "une vraie réforme tirée des racines de la foi, en se concentrant sur l'essentiel", estiment-ils.S'il qualifie le document de "respectable et solide", le théologien constestataire suisse Hans Küng a quant à lui souhaité la rédaction d'une deuxième encyclique consacrée "aux structures de justice dans l'Eglise institutionnelle elle-même".Hans Küng parle notamment des hommes et des femmes qui utilisent une contraception, des divorcés et des remariés, "des prêtres éliminés à cause de la condition du célibat", "des voix critiques de l'Eglise". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.