Avion soudanais brièvement détourné sud le Tchad

N'DJAMENA - Un homme armé a brièvement détourné un avion de la compagnie soudanaise Air West avec une centaine de personnes à bord sur la capitale tchadienne N'Djamena. Le pirate de l'air s'est rapidement rendu à la police après avoir libéré ses 103 otages.Selon une source gouvernementale tchadienne, l'homme a pris le contrôle de l'appareil, un Boeing 737 avec à son bord 95 passagers et huit membres d'équipage. Les faits se sont produits peu après le décollage de la capitale soudanaise Khartoum en direction de la ville d'El-Fasher, chef-lieu de l'Etat du Darfour Nord, dans l'ouest du Soudan."Il souhaitait rallier directement la Grande-Bretagne mais, faute de carburant suffisant, a accepté que l'avion soit dérouté sur N'Djamena", a ajouté la même source. Une fois au-dessus du territoire tchadien, le Boeing 737 a été pris en charge par des avions de chasse français.L'avion a ensuite été escorté jusqu'à l'aéroport international de N'Djamena, où il a atterri un peu avant 09h30. Sitôt posé, l'appareil s'est immobilisé en bout de piste et a été encerclé par des troupes tchadiennes.Après de brèves négociations entre le pirate de l'air et les autorités tchadiennes, les otages ont été libérés et l'homme armé s'est rendu sans que les forces de l'ordre n'aient eu à ouvrir le feu.Les passagers et membres de l'équipage de l'avion ont été transportés dans un hôtel de la capitale tchadienne pour s'y reposer. Aucun d'entre eux n'a été blessé.Le pirate de l'air, de nationalité soudanaise, était en possession d'une arme de poing et d'un couteau. "Cet homme a dit qu'il était persécuté au Soudan et souhaitait obtenir l'asile politique en Grande-Bretagne", a déclaré devant la presse le ministre d'Etat tchadien chargé des Infrastructures, Adoum Younousmi."Il souhaitait également la garantie de l'ambassade de France. Le Tchad n'a pas donné suite à cette demande", a poursuivi M. Younousmi. "Pour le Tchad, cet homme est un terroriste, il répondra de ses actes devant la justice tchadienne".Le Jem est composé en majorité de membres de l'ethnie zaghawa, présente au Darfour comme dans l'est du Tchad et dont est également issu le président tchadien Idriss Deby Itno. Il a jusqu'ici refusé de signer un accord de paix conclu le 5 mai entre le gouvernement soudanais et une faction de l'autre principale rébellion du Darfour, le Mouvement de libération du Soudan (SLM). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.