Affaire Litvinenko: chances de survie de Scaramella quasi nulles

LONDRES - Les chances de survie de l'Italien Mario Scaramella, contaminé au polonium 210, sont "pratiquement nulles", a affirmé la presse britannique. Ces informations contredisent la version officielle des médecins.Pour le journal "The Sun", l'homme se présentant comme un expert en sécurité et consultant international est "dangeureusement malade". Pour le "Daily Mail", "sa vie est en danger". Dans une déclaration officielle à l'extérieur de l'hôpital, le porte-parole de l'établissment avait cependant affirmé que M. Scaramella se portait bien. Le niveau de polonium 210 détecté dans son organisme "est considérablement plus bas que celui de Litvinenko", avait-il ajouté."Les médecins ont estimé que les chances de survie de M. Scaramella sont pratiquement nulles. Ils pensent qu'il va dorénavant tomber de plus en plus malade et qu'il va mourir", a annoncé le quotidien britannique "Daily Mirror", citant une source policière qui a souhaité rester anonyme. . "Il semble bien que nous ayons un second meurtre sur les bras", a encore indiqué le "Daily Mirror".Par ailleurs, la presse britannique a révélé les détails des informations remises à M. Litvinenko par Mario Scaramella dans le restaurant à sushi le 1er novembre.Ainsi, selon le quotidien conservateur le "Daily Telegraph" qui en publie des extraits, le mémo remis à M. Litvinenko accuse les services secrets russes et un groupe de vétérans nommé "Dignité et Honneur" d'avoir voulu tuer plus de cinq personnes."Les noms de MS (Scaramella) et de PG (Guzzanti) sont souvent évoqués lors de discussions confidentielles entre des officiers du renseignement russe travaillant pour le SVR (un successeur du KGB), pour le Kremlin et des vétérans SVR de l'association Dignité et Honneur", dit le mémo cité par le "Daily Telegraph"."Ces officiers du renseignement parlent de plus en plus de la nécessité d'utiliser la force contre PG et MS, considérant leur 'incessantes activités anti-russes' de même que contre M. Berezovski et M.Litvinenko", poursuit le mémo.Cette note accuse aussi le groupe d'officiers d'être à l'origine de la mort de la journaliste d'investigation Anna Politovskaïa, tuée par balle en octobre à l'extérieur de son appartement moscovite. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.