L'"académisation" du métier de chauffeur critiquée

Les routiers s'inquiètent de la relève: selon eux, il pourrait manquer en Suisse jusqu'à 25'000 chauffeurs professionnels dans dix ans. Leur organisation faîtière, l'ASTAG, met en cause la réglementation "excessive" du métier de chauffeur.L'Association suisse des transports routiers se réjouit tout de même de la hausse de 3% du nombre de jeunes qui ont entamé dans l'année un apprentissage de routier. Ce chiffre fait dire au conseiller national Adrian Amstutz (UDC), président de l'ASTAG, que le métier de chauffeur "provoque toujours l'enthousiasme et la fascination auprès de nombreux jeunes", sachant qu'il signifie "liberté et indépendance". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.