Swissmetal: la situation est devenue incontrôlable, selon A. Daguet

BERNE - Il faut mettre un terme à la grève des employés de Swissmetal Boillat à Reconvilier qui entre lundi dans sa 5e semaine, estime André Daguet, membre du comité directeur d'Unia. Les provocations de la direction ont rendu la situation incontrôlable.Il faut que la grève cesse rapidement sinon, non seulement l'existence du site de Swissmetal du Jura bernois s'en trouvera menacée, mais aussi toute une série d'entreprises de la région, a déclaré le responsable syndical dans une interview publiée dans la "SonntagsZeitung". La direction de Swissmetal fait durer le mouvement en renouvelant les provocations.Au lieu de négocier, le patron du groupe sis à Dornach (SO), Martin Hellweg, décide de licencier 120 collaborateurs de l'usine de Reconvilier et rachète une entreprise en Allemagne. Et "il est absurde de nous en faire porter la responsabilité" a déclaré M. Daguet.Néanmoins, le syndicaliste a fait part de son espoir de voir le conflit s'achever la semaine prochaine. Chaque semaine, chaque jour de grève supplémentaire, repésentent un danger. Et faire preuve d'héroïsme n'apportera rien à personne, a souligné M. Daguet.Il ne faudra pas combattre jusqu'à aboutir à une issue amère entraînant la disparition de l'entreprise. "Il s'agirait là d'une catastrophe", de l'avis de M. Daguet. Même si Unia n'a pas préparé la grève, le syndicat soutient le mouvement lancé par les cadres et les employés de Reconvilier.La presse de l'usine de la vallée de Tavannes fait partie des installations le plus modernes d'Europe, a-t-il encore constaté. Elle permet d'offrir des produits de pointe très demandés. Il n'est dès lors pas étonnant que les employés défendent cet instrument de travail. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.