"Swisscom n'appartient pas au Conseil fédéral", selon ACTARES

BERNE - Swisscom n'appartient pas au Conseil fédéral, estime ACTARES. Selon l'association économique les propriétaires de la participation de deux-tiers de l'Etat dans l'opérateur sont les contribuables, et l'attitude du gouvernement est inacceptable. "Les décisions (notamment le veto aux engagements à l'étranger) et déclarations du Conseil fédéral à propos de Swisscom violent grossièrement les principes du gouvernement d'entreprise", dénonce ACTARES. "Son attitude compromet le service public et fait subir tant aux actionnaires qu'aux contribuables une sévère perte de valeur", poursuit l'association. Pour ACTARES, la part de Swisscom détenue par la Confédération appartient aux citoyens et citoyennes ainsi qu'aux contribuables du pays, et en aucun cas à des membres du Conseil fédéral, que l'association ne désigne toutefois pas nommément. Elle relève par ailleurs que le Conseil fédéral compte des membres "très au fait du fonctionnement tant de la bourse que de l'entreprise", ce qui à ses yeux "rend l'hypothèse de la maladresse difficile à croire". ACTARES se demande par conséquent s'il ne s'agit pas "d'une tentative délibérée d'affaiblir financièrement l'Etat ou d'un sacrifice cynique de Swisscom sur l'autel de l'ambition personnelle et partisane." L'association réclame désormais du gouvernement "cohésion et discipline" pour "sauver ce qui peut l'être, estimant que la mission première de Swisscom reste de fournir le pays en services de télécommunications de qualité pour tous, et que toute opération financière ou boursière doit servir ce but. Fondée en 2000 à Fribourg, ACTARES poursuit essentiellement deux buts: promouvoir un actionnariat responsable et contribuer au développement d'une économie au service de l'être humain et respectueuse de l'environnement. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.