Swisscom: aucune participation dans un service de base étranger

BERNE - Le Conseil fédéral a précisé son interdiction concernant l'expansion de Swisscom à l'étranger. Le géant bleu ne pourra pas participer à une entreprise offrant un service de base. L'opérateur a en outre renoncé provisoirement à une participation dans Eircom. Le conseil d'administration de Swisscom ne voulait pas entrer en matière sur l'interdiction posée par le gouvernement, a indiqué le ministre des finances Hans-Rudolf Merz vendredi devant la presse. Il estimait qu'elle ne correspondait pas aux buts stratégiques fixés à l'entreprise. Le conseil d'administration de Swisscom a en outre exigé une interprétation des déclarations faites par le Conseil fédéral. L'entreprise a toutefois renoncé provisoirement à participer à l'entreprise irlandaise Eircom, a dit M. Merz. Le Conseil fédéral va revoir les objectifs stratégiques de Swisscom pour 2006-2009 le 21 décembre. Jusqu'à ce qu'ils soient définitivement entérinés, l'interprétation qui vaudra pour la stratégie de l'ex-régie vers l'étranger est qu'elle ne devra pas participer à une entreprise de télécommunication étrangère offrant un service de base dans la téléphonie mobile et/ou fixe. Des informations plus précises sur la procédure de privatisation et sur la future collaboration entre la Confédération et Swisscom seront publiées dans le cadre de la procédure de consultation. Le Conseil fédéral traitera ce dossier au plus tard à fin janvier. Le Conseil fédéral a décidé le 23 novembre de préparer un projet visant à vendre entièrement la participation de la Confédération dans le capital de l'ex-régie. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.