Procès Swissair: Plaidoyer offensif envers les ex-dirigeants

BÜLACH ZH - Après 10 jours de pause, le procès de la faillite Swissair a repris jeudi à Bülach avec les plaidoyers du ministère public. Les procureurs ont adressé de virulents reproches aux membres du conseil d'administration, qui étaient selon eux "incompétents".Ils ont tenté de prouver que les administrateurs ont fait subir d'importants dommages à SAirGroup en connaissance de cause. Pour ce faire, le procureur adjoint Hanspeter Hirt a récapitulé les décisions prises en relation avec la stratégie du chasseur depuis 1997. Il a cité de nombreux procès-verbaux montrant que le conseil d'administration connaissaient le danger que les pertes des compagnies acquises par SAirGroup faisait peser sur les finances du groupe. Dès 2000, "les administrateurs ont reconnu le sérieux de la situation, mais ils n'ont pas eu le courage d'agir", a-t-il dit.Le procureur a affirmé douter du fait que le Conseil fédéral ait fait pression sur SAirGroup dans cette affaire. Certains accusés avaient dit devant le tribunal que Bruxelles n'aurait pas signé les bilatérales si Sabena n'avait pas été recapitalisée. Selon M. Hirt, il n'y a aucune trace de ces pressions dans les procès-verbaux.Swissair n'a pas fait faillite à cause des banques ou des attentats du 11 septembre 2001, mais des erreurs du management, a renchéri le procureur en chef, Christian Weber. Selon lui, la direction et les administrateurs du groupe ont ignoré "les nombreux signaux d'alerte". "Ils ont fermé les yeux". Pire: ils ont commis des "actes criminels pour cacher leurs erreurs", a dit M. Weber."Il est faux de dire que les accusés ont fait de leur mieux pour sauver l'entreprise. Si tel avait été le cas, la dette de SAirGroup n'aurait pas cru de 6,8 à 15 milliards durant l'année 2001", a dénoncé M. Weber. Selon lui, si les responsables avaient vraiment pris les mesures adéquates, les banques n'auraient pas refusé leur aide financière.La plupart des dix-neuf ex-responsables de SAirGroup accusés dans ce procès sont venus écouter les plaidoyers. Le réquisitoire-fleuve du ministère public se poursuit jeudi après-midi et jusqu'à lundi matin. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.