Prévisions conjoncturelles: recul de la croissance à 2,2 % en 2007

ZURICH - L'économie suisse devrait poursuivre sur la voie de croissance l'année prochaine mais à un rythme moins élevé, estime le Credit Suisse. La banque prévoit que le produit intérieur brut (PIB) augmentera de 2,2%, alors qu'il table sur un taux de 2,8% pour 2006.Le PIB en 2006 devrait ainsi nettement dépassé le résultat de 1,9% enregistré l'an dernier. La dynamique actuelle ne repose pas uniquement sur la demande extérieure, mais également sur l'accroissement de la demande intérieure, a indiqué mardi le numéro deux bancaire suisse.Les impulsions internes se font en effet de plus en plus sentir. Les économistes du Credit Suisse prévoient pour l'année en cours une progression réelle de 7,7% des importations de biens et services. Etant donnée la bonne tenue des exportations, la contribution du commerce extérieur à la croissance devrait être positive.Une des causes du fléchissement annoncé pour 2007 est le tassement prévu du secteur de la construction, après quatre ans de vive croissance. Celui-ci devrait notamment pâtir du ralentissement dans la construction de logements.La consommation privée, moteur traditionnel de la croissance, continuera de bénéficier de l'amélioration de l'emploi et des salaires. Selon l'étude, le chômage devrait refluer à 2,9% l'année prochaine, contre 3% en 2006.Les économistes du Credit Suisse soulignent également la solidité de l'économie helvétique, qui s'inscrit dans une dynamique durable et qui laisse apparaître un potentiel susceptible de donner une nouvelle impulsion conjoncturelle.Du côté de la demande extérieure, l'étude rapporte que l'économie mondiale se caractérise par une pause bienvenue dans une phase de croissance prolongée. Les causes de ce léger ralentissement proviennent des Etats-Unis, mais également du resserrement des conditions monétaires en Chine.Le fléchissement de la croissance de la consommation privée aux Etats-Unis devrait toutefois être modéré, en raison de la baisse des prix de l'énergie et de la vigueur du marché de l'emploi.La zone euro devrait également subir un ralentissement au cours des prochains mois, après une période de croissance très soutenue. L'économie devrait cependant rester robuste et bénéfier d'un solide regain de la demande intérieure. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.