Polémique sur les emballages Cailler: Wenger maintient le cap

BERNE - Au coeur de la polémique sur les nouveaux emballages Cailler, Nelly Wenger sort de son silence et maintient le cap. La patronne de Nestlé Suisse refuse de parler d'échec et réfute les critiques sur les ventes en baisse de la marque."On compare des pommes et des poires", explique Nelly Wenger dans une interview parue dans le "Matin Dimanche". Elle souligne qu'un recul des ventes est normal suite à la perte d'un client comme Denner, le deuxième en volume derrière Coop.En comparant client par client, les ventes correspondent aux attentes, assure-t-elle. Frigor, notamment, enregistre comme par le passé une croissance à deux chiffres.Des chiffres toujours confidentiels, selon la politique appliquée par le groupe veveysan pour toutes ses marques. Toutefois, des critiques - sur un blog anonyme dont l'auteur dit être un cadre de l'entreprise - disent que Nestlé Suisse manque de transparence même à l'interne.Nelly Wenger réfute. "Mon travail consiste à remettre l'entreprise sur le chemin du succès. Nous sommes actuellement dans une situation de changement important. Je peux comprendre qu'un tel contexte soit ressenti comme difficile par certains collaborateurs."Reste que la campagne de lancement du relookage de Cailler, qui a coûté près de sept millions de francs, a été entachée par des reproches sur l'emploi de plastique non recyclable. Mme Wenger promet des améliorations d'ici la fin de l'année. Le volume de PET utilisé devrait ainsi diminuer de 12 à 40% selon les produits.Du côté des Ateliers Jean Nouvel, chargés de développer les nouveaux emballages, les prises de positions divergent. Dans une interview parue samedi dans "24 heures", la directrice de projet Sabrina Letourneur assurait que l'idée du PET était soutenue par Nestlé malgré les remarques des Ateliers sur le recyclage.Le jour-même, Nestlé s'est empressé de faire contester ces propos par le directeur général des Ateliers, Michel Pélissier. Et dans une interview au "Matin Dimanche", Jean Nouvel lui-même s'inscrit en faux contre contre cette affirmation. "Je ne peux même pas m'imaginer qu'une de mes collaboratrices ait pu dire cela."Loin de renier la paternité des boîtes, l'architecte se dit fier de leur esthétique. "Depuis le départ, mon concept repose sur l'idée de translucidité, de miroitement et de brillance. Le PET réunit toutes ces caractéristiques." /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.