Philippe Bruggisser montre les dents au Procès Swissair

BÜLACH ZH - Après Mario Corti, Philippe Bruggisser a attaqué l'accusation et le rapport d'expert lors du procès Swissair àBülach (ZH). Interrogé sur la fusion des deux filiales du groupe Roscor et SairLines, il a soudain montré les dents.Philippe Bruggisser et le tribunal se sont livrés à une guerre des chiffres, qu'un des juges a lui-même qualifiée de "guerre des tranchées digne de la Première guerre mondiale". "A début 2000, SairLines n'était pas endettée", a affirmé l'ancien patron de SairGroup sur un ton énervé. Pour lui, "la comptabilité de l'expert est fausse"."J'avais la conscience en ordre quand, à l'époque, j'ai signé le contrat de fusion", a déclaré Philippe Bruggisser. "Encore aujourd'hui, je ne doute pas de la légalité de cette transaction". M. Bruggisser a rejeté l'accusation de gestion déloyale.Roscor était la société qui participait pour SairGroup au système de réservation de vols Galileo. En décembre 2000, elle a été intégrée sans contrepartie à SairLines, la société qui chapeautait les compagnies aériennes.Cela a grevé la fortune de SAirGroup de plus de 100 millions de francs, accuse le procureur en se basant sur le rapport de l'expert. Les participations de Roscor à Galileo ont notamment été transférées à SairLines, et leur valeur augmentée dans le but d'assainir le secteur des compagnies aériennes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.