La BCE relève les taux d'intérêt d'un quart de point

FRANCFORT - La Banque centrale européenne (BCE) a relevé d'un quart de point ses taux directeurs. La décision sans surprise en dépit des appels au statu quo monétaire émanant tant des milieux politiques que des milieux d'affaires. Cette première hausse des taux en cinq ans porte le taux de refinancement de la BCE à 2,25 %, le taux de facilité de dépôt à 1,25 % et le taux de prêt marginal à 3,25 %. La dernière modification des taux directeurs dans la zone euro remontait au 5 juin 2003. La BCE les avaient alors abaissés d'un demi-point, ramenant son taux de refinancement à un plus bas historique de 2 %. Le président Jean-Claude Trichet, qui doit expliquer la décision de la banque centrale lors de son habituelle conférence de presse à 14h30, avait préparé en novembre les marchés et les intervenants économiques à ce resserrement des taux en faisant valoir que les risques pour la stabilité des prix s'étaient accrus à moyen terme. Les voix se sont pourtant multipliées pour appeler l'institut d'émission à continuer sur la voie du statu quo monétaire, arguant que la reprise économique de la zone euro était encore trop fragile. La Fédération bancaire européenne a même lancé ce jour un ultime appel en ce sens, tout en n'y croyant guère, puisque son rapport semestriel anticipait le resserrement d'un quart de point et en prévoit un autre, de 0,25 point également, durant le premier trimestre 2006. Les ministres des Finances de l'Eurogroupe avaient pareillement été unanimes à juger inappropriée une hausse des taux dans un contexte d'inflation selon eux bénin. Dans ses perspectives économiques d'automne, l'OCDE recommandait aussi à la BCE de différer la hausse des taux jusqu'à l'automne 2006, en l'absence d'effet de second tour patent et pour que la reprise économique de la zone euro se raffermisse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.