Elections américaines: l'économie suisse sera peu influencée

PRINCETON - Bouleversement aux Etats-Unis, la victoire démocrate dans les deux chambres du Congrès n'aura qu'une influence indirecte sur l'économie et les sociétés helvétiques. Des Suisses qui s'intéressent davantage au marché américain depuis quelques mois.Soit le Congrès démocrate et la Maison Blanche républicaine ne parviennent pas à travailler ensemble et rien ne bougera jusqu'aux présidentielles de 2008. "Soit ils s'entendent et font bouger les choses, mais leurs priorités iront alors à l'Irak, à l'immigration, à la sécurité intérieure et à d'autres problèmes concernant peu l'économie suisse", selon Mario Brossi, de Location:Switzerland.Directeur de la Chambre de commerce Suisse-Etats-Unis, Martin Naville ne voit aussi qu'une influence très limitée des élections sur l'économie helvétique. Même si les démocrates parviennent à modifier le cours de la politique commerciale."Il pourrait y avoir un risque de tendance protectionniste, c'est vrai. Mais la Suisse y exporte surtout des montres, de la haute technologie ou des services financiers et elle n'est pas une importante place d'outsourcing pour les entreprises américaines. Elle ne serait donc pas du tout la première cible de mesures protectionnistes."A l'inverse, les pays du Tiers-Monde, la Chine ou le Mexique ont plus de craintes à nourrir, estime le spécialiste. En freinant le libre-échange, les démocrates pourraient ralentir leur économie et celle du monde, "donc aussi celle de la Suisse, mais ce serait un effet très indirect."Peu inquiet, Martin Naville estime qu'une "paralysie totale" jusqu'aux présidentielles est plus probable. Ce n'est, au moins, rien de mauvais pour les entreprises suisses. Voire peut-être un petit quelque chose de positif: "Si George Bush doit se montrer plus bipartisan, cela pourrait être bon pour les Européens!"Martin von Walterskirchen, directeur des Swiss Business Hub américains, entrevoit le même espoir de réchauffement entre Amérique et Vieux-Continent. "L'image des Etats-Unis en Suisse pourrait s'améliorer, note-t-il. Et les entrepreneurs helvétiques sont plus attirés par une Amérique qui leur plaît."Cela fait pourtant déjà six mois que beaucoup plus d'entreprises suisses se montrent intéressées par les Etats-Unis, observe Martin von Walterskirchen. Le moteur de cet attrait serait moins les sentiments inspirés par l'Oncle Sam que "la bonne conjoncture en Suisse." /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.